Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Sur les pas de l'adulte

Catégories : #Vie et Instruction en famille, #Socialisation

Quand j'ai fait ma formation Montessori, j'ai découvert une phrase de Gandhi, qui m'a beaucoup marquée à l'époque, et que j'ai toujours à l'esprit depuis :

"Deux heures de travail de classe par jour, le reste sur les pas de l'adulte".

Pourquoi est-ce que cette phrase a tant résonné en moi ?

Parce qu'avec mes deux grands, scolarisés, je vivais exactement l'inverse : ils passaient 10 heures de leur journée à l'école, assis sur des sièges sans avoir le droit de se lever, à apprendre bêtement des formules et des règles sans vraiment les comprendre.

Et je les retrouvais deux petites heures le soir, durant lesquelles il fallait caser le repas et sa préparation, les devoirs, le rituel du coucher. Pas beaucoup de temps à partager réellement ensemble dans la sérénité.

Dans cette configuration, qu'est-ce que j'apportais donc à mes enfants ? Qu'est-ce que je leur apprenais ? Pour être honnête : rien. Parce que quand on est pressé, on ne prend pas le temps de montrer à un enfant surexcité et fatigué par 10 heures de vie en collectivité comment n prépare un gâteau. Ni comment on plie une chemise, ou encore comment on plante un clou bien droit. On se contente de s'occuper de l'essentiel : leur donner un repas équilibré, les écouter un peu, les câliner, et les coucher.

Qu'en est-il alors de la phrase de Gandhi ?

Et si on réservait seulement deux heures par jour pour le travail de classe ? Que se passerait-il ? Et bien les enfants passeraient le plus clair de leur temps "sur les pas de l'adulte", c'est-à-dire à côté de leurs aînés, à les regarder, à s'imprégner de leurs activités... et à apprendre !

Un enfant qui suit son papa sur le chantier d'une maison apprendra forcément comment on pose les bottes de paille contre le mur de bois pour l'isoler. Un enfant qui suit sa maman qui prépare le repas demandera forcément à avoir un couteau pour couper les pommes en tranches, lui aussi. Un enfant qui joue à côté de son parent qui raccommode une chaussette s’imprégnera forcément de la marche à suivre.

Et ce ne sera pas un savoir abstrait, comme celui que nous donne l'école d'aujourd'hui. Ce sera un savoir pratique, personnel, et surtout naturel.

Un exemple concret ? Oui, j'y arrive !

Mercredi dernier, nous avons été livrés de 15 stères de bois de chauffage. En tas dans le jardin. Ca donne à peu près ça, 15 stères de bois :

Et c'est bien plus impressionnant en vrai, surtout quand on se dit qu'il faut tout ranger avant la pluie !!!

Et c'est bien plus impressionnant en vrai, surtout quand on se dit qu'il faut tout ranger avant la pluie !!!

Après la livraison, les enfants ont commencé à faire ça :

Sur les pas de l'adulte
Sur les pas de l'adulte

Grimper, expérimenter, s'amuser...

Normal, vous me direz.

Sauf que...

Sauf qu'après m'avoir vue enfiler des gants et commencer à transporter les bûches jusque sous l'abri où nous les rangeons, sans que j'aie rien à leur dire, les petits sont allés chercher des gants (en laine, mais bon, c'est un détail), et ils ont commencé à ramasser des bûches et à les déposer sur le tas que j'avais commencé à former.

Ca a duré au moins 20 minutes, ce qui est déjà énorme pour des enfants de 18 mois et 3 ans et demi ! Ils sont ensuite retournés jouer sur le tas, en revenant de temps à autre me tendre les bras pour que j'y pose une petite bûche à leur taille.

Sur les pas de l'adulte
Sur les pas de l'adulte
Sur les pas de l'adulte

Quant aux deux plus grands, l'aîné est venu nous aider lorsque nous le lui avons demandé, mais ça n'a duré que 10 minutes avant qu'il ne s'asseye pour nous regarder.

Sur les pas de l'adulte

La seconde a quant à elle été plus persévérante puisqu'elle nous a aidés pendant presque 1 heure, jusqu'à ce que nous arrêtions.

Je crois, mais je peux me tromper, que c'est parce que mon fils aîné a passé le plus clair de son temps à l'école et en garderie périscolaire alors que je travaillais. Que lui demandait-on alors ? De s’asseoir d'absorber des savoirs abstraits complètement déconnectés de la réalité, et finalement de se couper du monde.

Pour ma Lutine, elle a eu la chance d'aller moins en garderie puisque j'ai pu prendre un congé parental pour mes deux petits lutins. Elle a donc été plus à la maison, elle m'a vu préparer les repas et a vite demandé à y participer, elle est jusqu'en septembre prochain à la maison tous les midis, et m'aide donc à mettre le couvert, à débarrasser la table, à m'occuper des petits... Et elle s'est même mise au bricolage avec Monsieur Coquelicot, en repeignant avec lui la porte du garage, ou en regardant comment utiliser une scie circulaire !

Sur les pas de l'adulte

Alors oui, je crois fermement que vivre avec nos enfants, c'est une des seules façons d'en faire des êtres humains attentifs aux besoins des autres, connectés à la vie en famille et en société, qui sauront se débrouiller dans la vie quotidienne parce que cela aura tout simplement fait partie de leur vie depuis leur naissance, et que ce sera juste normal.

Pour le moment, je ne crois pas que l'école puisse être le vecteur de cela. C'est pourquoi je suis une fervente partisane de l'instruction en famille pour tous ceux qui le souhaitent : c'est à mon sens le meilleur moyen pour que nos enfants vivent "sur nos pas" et grandissent en apprenant tout ce qui est vraiment important dans la vie !

Sur les pas de l'adulte
Commenter cet article

dametartine 20/06/2013

... et dire que j'ai souvent eu envie de garder les enfants à la maison et leur "faire école" ....
Ce qui est fait est fait. Heureusement que toutes les vacances étaient plus constructrices de l'âme de chacun .
Merci pour cette phrase très éclairante de Gandhi.
J'ai eu du vrai bonheur à cet article.

angelique 21/06/2013

C'est exactement ce que nous pensons ici même si la question de l'école n'a pas encore été posée avec notre fille de seulement 18mois...
j'ai décidé d'arrêter de travailler "à l'extérieur" a sa naissance. Je garde aujourd'hui une petite fille 3 jours par semaine et j'ai ouvert un atelier de couture qui fonctionne le samedi. De cette manière, nous gagnons (mais dépensons!) moins d'argent mais nous élevons notre fille au sein de notre foyer chaque jour. Mon mari est très présent puisqu'il travaille dans notre village et notre fille fréquente une micro crèche le mercredi ce qui me permet de boucler toutes les activités pénibles de la semaine (ravitaillement, courrier et autre) qui sont éloignées de la maison et nécessitent un périple en voiture pendant qu'elle joue avec d'autres!
Je garde cette phrase précieusement!
Joyeux solstice d'été même si le soleil se cache aujourd'hui!

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog