Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Récit d'une naissance

Catégories : #Parentalité

 

Bonjour à tous, et bonne année 2012 !!!

Vous ne l'avez peut-être pas remarqué parce que j'avais programmé la parution de plusieurs articles, mais j'ai été absente un petit moment : et oui, mon bébé est venu au monde !

Voici le récit de sa naissance à la maison, sans assistance médicale...

 

Quatrième naissance

 

Le récit de cette naissance commence en fait il y a quelques mois, quand nous nous mettons en quête d'une sage-femme qui pourrait nous suivre pour un accouchement à domicile. Quand on a vécu un tel accouchement, on n'a plus la moindre envie de remettre les pieds à l'hôpital ! Seulement, A., qui nous avait accompagnés lors de la naissance de Ptit Lutin, a arrêté le suivi des AAD. Et il n'y a plus qu'une seule sage-femme pour la région grand Est, malheureusement trop loin, elle n'acceptera pas de venir jusqu'à la maison. Qu'à cela ne tienne, nous nous tournons vers les frontières : au Luxembourg, les sage-femmes ne se déplacent plus en France, les assureurs leur demandent des sommes bien trop exorbitantes. Nous trouvons alors une sage-femme belge, que nous rencontrons, qui nous plaît, et qui accepte de nous suivre. Quel soulagement ! Malheureusement, quelques semaines plus tard, elle nous apprend qu'elle arrête les suivis d'AAD pour se consacrer à l'ouverture d'une maison de naissance... Nous nous retrouvons sans personne ! Nous cherchons bien des gîtes près des sage-femmes qui pourraient nous suivre, mais ça revient trop cher pour nous... Il va nous falloir retourner vers l'hôpital, contraints et forcés... Faisant contre mauvaise fortune bon coeur; nous rédigeons alors un projet de naissance pour pouvoir vivre cet accouchement en structure hospitalière le mieux possible, le plus naturellement : pouvoir marcher pendant le travail, ne pas subir d'injection d'ocytocine ou autre, ne pas avoir de monitorage continu, pouvoir prendre la position qui me conviendra pour l'accouchement, pas de soins de routine au bébé sans nécessité... Rien qui nous paraisse trop extravagant, surtout dans la mesure où nous appuyons nos demandes par des études, les recommandations de l'OMS...

Mais lors des trois rendez-vous qui suivent, que ce soit avec le médecin de l'hôpital ou les sage-femmes, c'est très très mal pris. Comme j'insiste pour savoir pourquoi je serai obligée de m'allonger sur la table de naissance alors que c'est la position d'accouchement qui est jugée la plus dangereuse pour la maman comme pour le bébé par l'OMS, on me répond que sur des cartons dehors, je pourrai accoucher comme j'en ai envie ! Ca me reste tellement en travers de la gorge, que j'écris un long courrier à l'ordre des sage-femmes, à l'ordre des médecins, à l'ordre des gynécologues, et au ministère de la santé : le droit constitutionnel d'accoucher comme bon nous semble est bien peu respecté dans le pays des droits de l'homme ! Je posterai aussi mon témoignage sur deux sites internet (ici et ) qui militent pour la naissance respectée. Suite à ces témoignages, je suis contactée par une sage-femme allemande qui fait des recherches pour moi en Allemagne, mais elle ne trouvera personne qui accepte de me suivre : trop loin, barrière de la langue...
Alors nous commençons à penser à l'accouchement sans assistance. Je prends contact avec plusieurs personnes qui l'ont vécu, une ou plusieurs fois, et après longue et mûre réflexion, nous décidons que si tout va bien jusqu'à la fin de la grossesse, nous n'irons pas à l'hôpital, mais que nous vivrons les choses en famille...

19 décembre, 02h30, je suis réveillée par des contractions. Je dors très mal depuis de nombreuses nuits, mais là, les contractions sont un peu douloureuses. Je jette un coup d’œil à la montre : elles sont assez régulières, à peu près toutes les 7 minutes. Comme j'ai fait deux fois un faux travail dans les soirées précédentes (4 heures de contractions toutes les 5 minutes la seconde fois), j'attends un peu. Pourtant, les contractions me paraissent différentes, je ne sais pas trop dire pourquoi, mais cette fois, je sens que c'est la bonne !
Alors je me lève, et je commence à arpenter la maison froide et endormie. Je regarde par la fenêtre : il a neigé ! L'ambiance est toute particulière... Je me sens bien, sereine, joyeuse. Et comme je sens que c'est cette nuit que notre bébé va venir au monde, j'en profite pour emballer le dernier de nos cadeaux de Noël : tout sera prêt ! Ensuite, je continue à marcher en lisant un livre, le temps est un peu long toute seule... Mais à 03 heures et demi, Ptit Lutin se réveille. Je vais le prendre, je lui fais un grand câlin, le dernier avec mon gros ventre, et au moment où je me baisse pour le reposer sur son matelas, je perds les eaux ! Heureusement, Ptit Lutin se rendort, et je peux revenir discrètement pour nettoyer. Cette fois, c'est sûr, le travail est bien lancé !
Je continue à marcher en long, en large et en travers, je continue à perdre de l'eau, le liquide est clair, tout est normal. J'allume le chauffage de la salle de bain pour avoir au moins une pièce chaude où rester. Et à 04 heures, les contractions se sont intensifiées et rapprochées, j'ai très envie d'un bain bien chaud, alors je vais réveiller Monsieur Coquelicot pour le prévenir. Sur le coup, je crois qu'il a cru à une blague ! Mais il se lève et pendant que je m'installe dans la baignoire, il prépare le lit, avant de se recoucher pour reprendre quelques forces avant LE moment. Pour moi, ça va toujours, je fais couler de l'eau très chaude sur mon ventre pendant les contractions, ça m'aide un grand moment, et je peux me détendre au maximum pendant le petit temps de répit qui suit... Puis vers 05 heures, la position allongée devient trop douloureuses pendant les contractions. J'appelle alors  Monsieur Coquelicot pour qu'il m'aide à sortir de la baignoire et à me sécher. Les contractions sont devenues vraiment douloureuses. Lorsqu'elles arrivent, j'ai besoin de "chanter", et  Monsieur Coquelicot me masse le bas du dos, ça fait du bien... Je regarde où en est le bébé, et comme je ne le sens pas encore, je dis à  Monsieur Coquelicot que ce n"est pas la peine d'aller allumer le chauffage dans la maison, parce que ça va durer encore longtemps. Mais quelques minutes plus tard, je le sens au bout de mes doigts, ce bébé !  Monsieur Coquelicot me demande s'il doit aller allumer la chaudière, je lui réponds d'y aller, mais de revenir très vite : j'ai besoin de lui !!! Avant même son retour, je ressens l'envie de pousser.  Monsieur Coquelicot s'accroupit alors devant moi, il est prêt à accueillir le bébé. Je pousse : la tête est sortie. Monsieur Coquelicot s'aperçoit que le cordon est autour de son cou, mais il se contentera de m'encourager, de me dire que je me débrouille bien et que le bébé est presque là, qu'il me reste encore un tout petit effort à faire... Je pousse une dernière fois : ça y est, il est dans les mains de son papa ! Je l'attrape, et dans un réflexe nous enlevons le cordon de son cou... Monsieur Coquelicot m'annonce : "c'est un garçon !"... 

Je le regarde, je le contemple, il est encore endormi... Tout a du se passer pour lui comme dans un rêve, son papa et sa maman ont bien travaillé ! Monsieur Coquelicot m'aide à retourner dans la baignoire, je m'allonge et ça me fait du bien, mon bébé entouré dans une serviette chaude sur mon ventre... 

Lutine et Grand Lutin, qui s'étaient réveillés et attendaient devant leur chambre, nous rejoignent pour découvrir leur petit frère à quelques minutes de sa naissance... Lutine prendra même le cordon dans ses mains pour le sentir battre... C'est émouvant ! Une demi-heure plus tard, je me redresse pour la délivrance, je vérifie le placenta : tout est normal, tout va bien. Ptit Lutin se réveille à ce moment-là, pour découvrir lui aussi qu'il est devenu grand frère. Il n'est même pas étonné de découvrir ce bébé dans les bras de sa maman, et il veut déjà lui faire des bisous... Nous attendrons une heure avant de couper le cordon, et Monsieur Coquelicot ira enterrer le placenta le jour du solstice d'hiver, jour de la renaissance du soleil.

Je suis ensuite allée m'allonger avec ce tout nouveau petit être, et nous sommes restés 24 heures en peau à peau bien au chaud sous la couette, avec les lutins tout à côté qui venaient nous voir de temps en temps, et Monsieur Coquelicot qui s'occupait de tout... quel bonheur !

Pour conclure ce récit, je dois dire que cette naissance en toute intimité aura été l'expérience la plus intense que j'ai vécue. Je n'avais jamais ressenti à quel point l'accouchement s'inscrit dans la continuité de la vie familiale : personne à appeler, personne d'extérieur qui débarque à la maison, tout s'est passé en douceur dans la plus grande sérénité...

Commenter cet article

Ingrid 05/02/2013 22:32





Tu n'en parles pas ici, mais est-ce qu'il y a des examens avec sonde obligatoire ? pour voir comment va le bébé, etc...


Je me réjouis vraiment pour ce que tu as vécu :)


Merci pour ton témoignage !

Petite Fée Coquelicot 06/02/2013 10:45



Non, il n'y a absolument AUCUN examen qui soit obligatoire dans le suivi d'une grossesse. En général, les médecins et SF demandent des examens pour savoir où en est la future maman, ou pour se
rassurer, mais en théorie, tu n'as aucune obligation de subir quelque examen que ce soit. Il y a même des femmes qui ne consultent aucun personnel médical pendant toute leur grossesse, après
l'examen qui permet la déclaration de grossesse. 


C'est très personnel. Moi par exemple, j'ai toujours eu besoin de la première échographie pour faire "vivre" ce bébé, pour concrétiser ma grossesse, et pour me rassurer sur sa bonne santé. Mais
certaines s'en passent.


Les prises d esang, c'est pareil, nombre de femmes te diront qu'elles sont hautement anxiogènes, parce qu'en attendant les résultats, on ne peut s'empêcher de penser au pire... Créant ainsi les
conditions pour que quelque chose arrive (et oui, la pensée est créatrice).


Je crois qu'il faut bien réfléchir à tout, se renseigner, se connecter à ses ressentis, et ensuite faire ses choix en conscience. Ce qui est loins d'être le cas de la plupart des femmes qui se
remettent littéralement entre les mains des médecins en "démissionnant" en quelque sorte, et en devenant passives devant cette grossesse, cet accouchement, cette naissance...


C'est dommage, mais le plus souvent, c'est par ignorance.



Anne-Marie 06/01/2012 21:28


Bonheur à tous.

Petite Fée Coquelicot 07/01/2012 13:10



Merci !!!



Capsicum 02/01/2012 23:29


Bienvenu au petit bout !

Petite Fée Coquelicot 03/01/2012 21:09



Merci beaucoup... Il se fait doucement au monde étrange des terriens...



maman des saisons 02/01/2012 22:03


Je te l'ai déjà dit sur le forum mais encore bravo pour ce beau témoignage!!!


Ici on avait tenté pour la naisance du bébé d'hiver (un aad était prévu mais elle est arrivé le 31 décembre et la sf fêtait la nouvelle année... ;-))


Mais au bout de 24h de travail on est partis a la mat... C'était notre histoire, mais c'est tellement réconfortant de lie ce genre de chose, j'espère tellement que Dieu nous confie une belle âme
encore une fois....


Bise a toi et aux tiens, aux deux si petits et aux deux grands....


Prenez soinde vous...

Petite Fée Coquelicot 03/01/2012 21:09



Oui, tous les accouchements sont différents, et nous n'avions pas exclu de devoir partir pour l'hôpital si le besoin s'en faisait sentir... L'hôpital étant à 5 minutes en voiture, ça simplifiait
les choses !


Et puisque le temps est aux voeux, je te souhaite le bonheur de voir fleurir à nouveau un petit être dans votre jardin... Mes pensées et prières vous accompagnent !



nunuch 02/01/2012 11:11


Félicitations ! Vous avez terminé l'année en beauté !

Petite Fée Coquelicot 02/01/2012 13:13



Oui, c'est vrai, et nous la commençons, le 2 janvier, par les deux ans de mon Ptit Lutin qui est devenu grand frère pour l'occasion !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents