Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Offensive anti-allaitement

Catégories : #Parentalité

Je transcris ici un article de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau (un article à son sujet ici, sa bibliographie ), paru sur le site de La Leche League (LLL)... Rien à rajouter (sauf que pour les mosellans, un pique-nique est organisé par la Leche League le 27 juin au jardin botanique de Montigny-lès-Metz, prenez vos agendas !)  :

 

 

 

 

 

Gandhi a dit un jour : « D'abord, ils nous ignorent. Ensuite, ils se moquent de nous. Puis, ils nous combattent. Et enfin, nous gagnons. »
À voir ce qui se passe ces derniers temps, il semblerait bien qu'on en soit actuellement à la phase 3, mâtinée de phase 21.

En France, le livre d'Élisabeth Badinter, Le conflit, la femme et la mère, et l'incroyable tapage médiatique qui a accompagné sa sortie sont emblématiques de cette offensive tous azimuts qui s'articule autour de plusieurs axes.

Premier axe : présenter une image caricaturale, voire repoussante (« la femme réduite au chimpanzé »3) de la mère « naturaliste » et écolo, rivée à son foyer2 et soumise à « l'imperium » du bébé, passant ses journées à l'allaiter jusqu'à plus soif en souffrant mille morts, à laver ses couches lavables et à lui cuisiner des « brocolis bio », tout cela à cause de l’intolérable pression exercée par la toute-puissante LLL (!).

Deuxième axe : présenter cette mère comme psychologiquement dérangée et dangereuse pour son enfant. C'est ainsi qu'on a vu les psys de service comme Myriam Szejer ou Claude Halmos stigmatiser, dans Le Monde ou au JT de France 2, les mères pratiquant un maternage proximal, parlant d'érotisation du cododo et de « bébés-médicaments » venant combler une supposée angoisse de leur mère…

Et enfin, troisième axe : la mise en doute des bénéfices santé de l'allaitement maternel. Élisabeth Badinter parle ainsi de « la santé prétendument moins bonne des enfants nourris au biberon », et du fait qu’on a « gonflé les avantages de l’allaitement dans les pays développés ». Mais dans ce domaine, le pompon revient certainement à l’article du Pr Sven M Carlsen et au communiqué qui en a été tiré. D’une étude portant sur 180 femmes dans les années 80 qui a trouvé une corrélation entre un taux élevé d’hormones mâles pendant la grossesse et plus de difficultés à allaiter, on a conclu que… « L’allaitement n’est pas aussi bénéfique (pour la santé des enfants) que ce que l’on croyait ». Vous ne voyez pas le rapport ? Normal, il n’y en  a aucun ! Il n’empêche que c’est cela qui a fait les gros titres en janvier4.

Ce n’est sans doute pas un hasard si cette offensive prend place à un moment où les taux d’allaitement continuent à augmenter régulièrement et où, pour la première fois depuis dix ou quinze ans, les ventes de lait artificiel et de petits pots sont en perte de croissance en France5

Espérons que cette image repoussante de l’allaitement et de LLL n’empêchera pas des mères de rechercher l’aide dont elles auraient besoin. Quant à nous, loin de l’image de lobby tout-puissant et infiltré partout qu’en donne Élisabeth Badinter, nous continuerons à faire ce que nous faisons depuis plus de cinquante ans : apporter information et soutien aux femmes qui ont choisi d’allaiter et s’adressent à nous.

Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau

 

1 Même si, d´après Madame Badinter, LLL « est en passe de gagner la bataille du lait »… !

2 Interview dans Libération du 10 février.

3 Un autre ouvrage vient de paraître sur le même thème, La tentation de Pénélope, de Belinda Cannone (Stock).

4 Pour plus d’informations sur l’« étude norvégienne », voir sur le site LLL : http://www.lllfrance.org/ Allaitement-dans-les-medias/Litterature-scientifique-communique-de-presse-et-allaitement-ne-font-pas-bon-menage.html

5 Voir « La nutrition infantile fait une crise de croissance », LSA, 3 septembre 2009.

Commenter cet article

Imane 10/06/2010 11:10



Bonjour


je suis l'organisatrice du pique nique LLL, le lieu a été modifié: c'est  au plan d'eau à METZ, le même jour, même heure (dimanche 27 juin, à partir de midi)


Merci d'avoir partagé l'info, fée coquelicot! ;)


 


Imane


 






isolde 29/05/2010 13:34



Merci !!!



isolde 28/05/2010 19:09



c'est accessible par le train Montigny ? et quand on n'a encore personne à allaiter c'est ouvert ? et à Nancy tu sais s'il y a quelque chose ?


hum désolée.



Petite Fée Coquelicot 29/05/2010 12:30



Montigny, c'est juste côté de Metz, et à la gare de Metz tu peux prendre le bus jusqu'à Montigny !


Et bien sûr, même sans bébé, tout le monde est le bienvenu...


Quant à Nancy, désolée, je ne sais pas.



Emeline 27/05/2010 19:53



Mais laissez donc les femmes tranquilles! Laissez nous faire ce que nous voulons, allaiter ou pas c'est un choix à faire individuellement. Ce n'est pas vrai que tout le monde peut allaiter et que
toutes les femmes trouvent ca formidable. J'habite en Allemagne, je n'ai pas pu allaiter mon premier enfant (parce que je n arrivais pas a concevoir d'avoir mal pour le nourrir). J'ai eu droit à
des remarques horribles et à une pression terrible. Mon enfant est en bonne santé, n'a jamais été vraiment malade et notre relation est normale. Pour mon deuxième enfant j'ai mis la pression à
tout le monde dès la maternité pour réussir un allaitement sans douleurs, ca a fonctionné. Le seul petit problème est que je n'ai pas du tout apprécié cette période, ce n'est juste pas mon truc
et mon mari était décu de ne pas pouvoir s'occuper de son deuxième comme il l'avait fait avec le premier. Au bout de quatre mois je suis passée au biberon et je suis la plus heureuse des femmes.
Je vais retravailler et je suis contente de ne pas avoir à tirer mon lait durant la pause déjeuner...
Il y a des femmes qui adorent l'allaitement et d'autre pas. Ici en Allemagne, les mères qui ne peuvent pas allaiter se sentent incapables, mauvaises mères, je crois que Madame Badinter veux juste
éviter que cela arrive en France. Accompagner les femmes à la maternité et après pour qu'elles puissent allaiter si elles le souhaitent, c'est très bien, les forcer c'est prendre le risque de les
rendre malheureuses ainsi que leur enfant.



Petite Fée Coquelicot 29/05/2010 12:27



Oui, c'est exact, mais pourquoi dénoncer les pressions sur les femmes qui ne veulent pas allaiter et accepter celles qui vont à l'encontre de celles qui veulent allaiter ?


En France c'est plutôt dans ce sens-là que vont les choses !


Si vous allaitez pendant un ou deux mois, c'est bien, mais on ne se prive pas pour vous dire que votre bébé peut être carencé (???) et qu'il vaut mieux le complémenter en lait artificiel.


Après deux trois mois, vous devenez étrange, et au-delà du quatrième mois de votre bébé, vous êtes carrément une ogresse dévoreuse d'enfant légèrement dérangée qui entretient avec lui des
relations malsaines...


C'est ça, la réalité en France !


 


Donc loin de moi le désir de stigmatiser les femmes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent ou ne veulent pas allaiter. moi-même, pour mes deux premiers enfants, j'ai arrêté l'allaitement
lorsqu'ils avaient 4 et 5 mois, à la reprise du travail, je n'ai pas tiré mon lait pour eux.


Ce que je voudrais, c'est qu'effectivement, les femmes puissent faire vraiment ce dont elles ont envie. Et qu'allaiter, et même allaiter longtemps, puisse aussi être un choix accepté par la
société.


Parce que lutter pour la liberté des femmes, c'est accepter que certaines utilisent cette liberté pour rester à la maison s'occuper avec bonheur de leurs enfants. La liberté pour une femme, ce
n'est pas forcément reprendre le travail, en talons hauts, quelques jours après une césarienne, ou laisser ses enfants à la crèche à 2 mois, 10 heures par jour, pour travailler plus et gagner
plus !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents