Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Maria Montessori et les adolescents

Catégories : #Parentalité

Extrait d'un article de Hadrien Roche, édicateur Montessori à l'école Montessori d'Avignon.

 

 

Pour comprendre les spécificités de l'adolescence, il faut revenir au coeir de la théorie de Maria Montessori : ne pas penser l'éducation comme un processus que l'on impose aux enfants, où l'adulte façonne la psyché de l'enfant et injecte les connaissances dans son cerveau, mais comme un accompagnement d'un phénomène naturel, que l'on doit assister en fournissant un environnement adapté aux capacités et aux besoins de l'enfant.

Ces capacités et ces besoins changent selon les différents stades du développement : de 0 à 6 ans, de 6 à 12 ans, de 12 à 18 ans. Maria Montessori identifie donc clairemement l'adolescence comme un e étape particulière du développement de l'enfant, requérant un environnement adéquat et une compréhension fine de ce qui se joue à cet âge-là.

On établit un parallèle entre les 12-18 ans et les 0-6 ans : il s'agit de deux phases tournées vers l'intérieur, de grandes transformations physiques, pleines de crises qui peuvent être résolues positivement ou négativement. Alors que l'enfant de 6-12 ans est principalement marqué par la stabilité (morale, mentale et physique), l'enfant de 12-18 ans est de nouveau pris dans une tourmente. L'enfant de 6-12 ans est entièrement tourné vers l'extérieur, vers la découverte du monde, avec une approche très intellectuelle ; l'enfant de 12-18 ans est préoccupé par lui-même, par son identité, et le plus souvent dans le registre émotionnel. Les métamorphoses de l'adolescence le laissent maladroit, fatigué, se sentant parfois étranger à ce corps qui se transforme si vite.

Sur le plan relationnel, les enfants de 6-12 ans sont passionnément sociaux (Montessori parle de "l'âge de la horde"), se liant facilement, se chamaillant puis se réconciliant, avec souvent une grande légèreté. Les relations avec les parents restent simples et fréquemment décrites comme agréables par les adultes : c'est un âge où les enfants sont responsables, attentifs, avides d'apprendre. Même s'ils sont très influencés par les autres enfants, et avec aussi un grand désir d'indépendance, ils restent très liés à la famille.

 

 

L'adolescence bouscule tout ceci : les relations deviennent extrêmes - passions dévorantes, haines tenaces, amitiés exclusives. La relation avec les parents devient plus complexe : le besoin d'indépendance, présent depuis la naissance, s'accentue au point de prendre la forme d'un besoin d'éloignement physique, d'une rupture avec les rituels liés à l'enfance, parfois rejet des idées des parents. En parallèle, l'adolescent a toujours besoin de l'estime et du soutien de sa famille et, de la même manière que l'enfant de 0 à 3 ans alterne les phases d'exploration  individuelle et de retour dans les bras de ses parents, l'adolescent effectuera de constants aller-retour émotionnels, ayant à la fois besoin de proximité et d'éloignement de sa famille.

Les pouvoirs intellectuels de l'enfant sont toujours présents, même s'ils sont subordonnés à l'affectivité dominante et au développement de la sensibilité de l'enfant.  C'est l'âge du développement de l'esprit artistique, aussi bien dans la consommation que dans la production. Pour Maria Montessori, chaque âge de l'enfant correspond à une tâche à accomplir dans son développement : de 0 à 6 ans, l'enfant acquiert le contrôle de lui-même, de 6 à 12 ans, il découvre le monde, et de 12 à 18 ans, il trouve sa place dans le monde. C'est l'âge de l'engagement, de l'implication. 

Toutes ces transformations, toutes ces caractéristiques, qui font parfois penser à des pertes ou des régressions, sont les manifestations de cette quête identitaire, de cette recherche d'appartenance, d'un endroit où engager les énormes énergies latentes de cet âge.

 

 

Quelques idées

Le premier volet de la méthode Montessori passe apr une connaissance précise des périodes de développement de l'enfant afin de pouvoir ensuite adopter la posture d'un observateur scientifique attentif. Le deuxième volet est de préparer un environnement adapté pour que l'enfant puisse poursuivre son développement de la façon la plus harmonieuse possible.

S'il fallait résumer les principes utilisés en ce moment dans les environnements pour les 12-18 ans, on trouverait ces idées de base :

- un lieu qui fournisse le plus d'opportunités possibles de réalisations concrètes : idéalement, une ferme, ou un gîte, un théâtre...

- un engagement professionnel réel, qui amène les enfants à une certaine autonomie financière. Dans les fermes-écoles, les enfants vendent le produit de leur travail, et sont rémunérés.

- un engagement sur des projets pour la communauté : réhabilitation d'expaces publics, projets caritatifs.

- la présence d'un adulte référent fournissant un interlocuteur stable, et le contact avec de nombreux spécialistes passionnés par leur métier.

- un programme académique s'appuyant sur les expériences concrètes vécues par les enfants.

- un internat et des lieux de rencontres (salles communes, clubs) leur permettant la socialisation et la vie au sein de leurs pairs, dont ils ont besoin.

 

Il n'y a heureusement pas de fatalité éducative, mais il est indispensable de se remettre en question et d'accueillir l'adolescence de nos enfants avec un environnement adapté, matériellement, intellectuellement et émotionnellement. Aimez-les inonditionnellement, tels qu'ils sont. Et les choses ne devraient pas trop mal se passer.

 

 

 

 


Commenter cet article

Anne-Marie 11/04/2011 17:12



Le site de "Pédagogie nomade" : http://www.peripleenlademeure.be/spip.php?article266


 



Anne-Marie 10/04/2011 14:35



J'ai regardé dernièrement le très intéressant reportage sur "Pédagogie nomade", à Limerlé en Belgique.


http://www.lalibre.be/culture/mediastele/article/651710/une-bande-de-farfelus-experimente-la-liberte-d-apprendre.html


Il faudrait beaucoup plus d'écoles comme celles-là.



Petite Fée Coquelicot 11/04/2011 08:33



Je m'en vais de ce pas aller voir...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents