Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Entre leurs mains, documentaire sur l'accouchement respecté

Catégories : #Parentalité

C'est un projet de documentaire sur l'accouchement respecté, le parcours du combattant que vivent les femmes qui cherchent des sage-femme pour les accompagner, et le combat que mènent ces quelques sage-femme qui continuent, envers et contre tout (et surtout le système français), pour suivre les accouchements à domicile.

Un projet courageux, puisqu'en France, malgré les belles déclarations constitutionnelles, l'accouchement à domicile est de fait hors la loi... 

 

Quelques mots de la réalisatrice : 

 

Je vous écris aujourd'hui pour vous présenter mon projet de film "Entre leurs mains" et vous demander votre soutien. 
En effet, cela fait bientôt 2 ans que je muris
ce projet. J'ai déjà passé un long moment à me documenter, 
à parcourir la France pour rencontrer de nombreuses sages-femmes 
et à filmer quatre d'entre elles pour pouvoir vous présenter une bande-annonce. 
En octobre, je souhaite passer à une étape plus importante et commencer le tournage en tant que tel. 

Pour cela, je dois récolter un minimum de 10.000 euros pour louer le matériel, payer les transports et l'hébergement sur place de la cadreuse et du preneur de son. 


J'ai  donc décidé de vous présenter mon projet, afin que vous puissiez apporter votre soutien si vous le désirez, 

mais également pour que vous puissiez découvrir cet univers incroyable que m'ont fait partager 
Sidonie, Muriel, Jacqueline et Cécile, les quatre sages-femmes que j'ai décidé de filmer. 
Nous avons besoin de vous, pour financer ce film qui mérite d'exister mais également pour le faire connaitre à votre entourage. 

Je vous laisse donc découvrir ce projet, en espérant qu'il vous convaincra autant qu'il m'a convaincue. 


Céline Darmayan, réalisatrice



Accéder directement à l’interface pour soutenir le film 

Plus d'informations sur le blog
Contacter la réalisatrice
Restez informés en vous inscrivant sur la newsletter



Résumé du film :


Muriel, Jacqueline, Sidonie et Cécile nous invitent à découvrir une autre vision de la venue au monde. Elles accompagnent depuis des années les femmes qui ont décidé de donner naissance à domicile.


Mais leur métier n’est pas de tout repos. Elles sont confrontées à une grande insécurité et doivent faire face à de nombreux préjugés, car en France, même si cette pratique n’est pas officiellement illégale, elles ne peuvent pas s’assurer contre les risques liés à leur pratique professionnelle. En effet, le prix de cette assurance est en moyenne de 25.000 euros. Dans un pays où la médicalisation de la maternité est la norme, elles sont accusées d’inconscience et pénalisées dans leur pratique professionnelle. Or, dans plusieurs pays à travers le monde, les femmes ont le choix d’accoucher dans un univers paisible et sécurisé, choisi par elles.


A travers les difficultés de ces sages-femmes françaises, ce film pose plusieurs questions : comment considère-t-on la naissance et le corps de la femme dans nos sociétés modernes ? À l’heure où la technicité a envahi l’espace social, quelle place laisse-t-on encore à l’humain dans l’acte de donner la vie ? 


Ces  femmes se battent aujourd’hui pour que nous puissions avoir le choix, il est primordial que nous écoutions ce qu’elles ont à nous transmettre.



A propos du film :


Par Céline Darmayan (réalisatrice) :

L’idée  de ce film m’est venue lors d’une discussion avec une amie française, de passage à Bruxelles. Elle me racontait son accouchement à domicile avec sa sage-femme, la manière dont elle l’avait rencontrée, son expérience. Mais ce qui m’a surtout surprise, c’est le récit du combat permanent que devait mener cette sage-femme pour rester fidèle à une éthique de la naissance respectée.  Elle me parlait de pressions exercées sur elle, de procès en cours pour une de ses collègues, de refus des hôpitaux ou des maternités de les accueillir, de l’impossibilité de trouver une assurance professionnelle pour pratiquer les accouchements à domicile, du traitement dégradant subi par certaines femmes ayant accouché à la maternité…

Plusieurs de mes amies avaient fait le choix d’accoucher à domicile ou en maison de naissance en Belgique ou en Suisse et je ne me souvenais pas qu’elles aient rencontré de pareilles difficultés. En effet, si le travail des sages-femmes belges n’est pas aussi valorisé qu’en Hollande ou en Suisse, elles ont malgré tout la possibilité d’être assurées pour leur pratique.


Dès lors, je me suis beaucoup renseignée, j’ai rencontré ces sages-femmes en trouvant leur contact sur internet ou par des gens qui en avaient entendu parler. Je me suis déplacée un peu partout en France et j’ai compris que dans ce pays plus que dans aucun autre, elles sont toujours diabolisées, accusées d’inconscience et  mises au ban de la société. Dans certains départements, on peut même dire qu’une véritable «chasse aux sorcières» est en cours. Je me suis rendu compte également que de nos jours, le métier de sage-femme est totalement oublié. Dans les  esprits, les gynécologues ont pris le pas sur une profession traditionnellement réservée aux femmes. De plus, dans cette société hyper médicalisée, la mise au monde est emmurée dans l’enceinte de bâtiments spécialisés  (hôpitaux, maternités…). Elle ne représente plus un passage vers la vie mais une maladie à traiter.


Je me suis alors posé ces questions : est-il possible de commencer sa vie autrement ? Quelle place laisse-t-on réellement aux parents lors de l’accouchement ? Venir au monde n’est-il pas un acte naturel ? Dès lors,  pourquoi sommes-nous persuadé-e-s qu’il n’y a qu’à l’hôpital que l’on peut voir le jour ?



Pourquoi est-il important de faire ce film ? 


Ce qui m’a intriguée lors de ma recherche, ce sont les réflexions des gens autour de moi. Quand j’abordais ce sujet, les réactions (hommes et femmes confondus) étaient souvent de cet ordre  : « Mais pourquoi tu réfléchis à ça ? L’hôpital, tout s’y passe bien ! On ne va quand même pas le remettre en question et retourner au Moyen Âge ? »


À mes yeux, le fait même que l’on puisse dire d’une institution ou d’une habitude qu’elle n’a plus besoin d’être réfléchie mérite que l’on s’y attarde et que l’on interroge les raisons de cette confiance totale. En France, plus qu’ailleurs, ce sujet est très difficile à aborder. La hiérarchisation du système de santé entraine une absence de débat public autour de ces questions. En Angleterre, en Belgique, en Suisse, les femmes peuvent choisir des alternatives à la maternité. Pourquoi cela n'est-il pas possible en France ?


Je pense qu'il est extrêmement important que l'on mette en avant les personnes qui ont un point de vue différent sur notre société telle qu'elle est en train d'évoluer. Actuellement, les sages-femmes qui prônent un accouchement plus naturel et respectueux ont très peu de moyens de se faire entendre. 

C'est pourquoi il est primordial que ce film voit le jour. Que pour une fois, nous ayons le temps de découvrir ce qu'est réellement cette chose inconnue que l'accouchement à domicile, loin des spécialistes et de ses  détracteurs.


Pourquoi avons nous besoin de cet argent ? 


Si nous avons décidé de faire un appel large aux soutiens pour financer ce film, c'est parce que nous avons remarqué que même au niveau des commissions d'aide au cinéma, ce sujet pose problème. La remise en question de la médicalisation en France fait tellement polémique que nous allons avoir des difficultés à obtenir des aides publiques. 


Or, nous désirons plus que tout commencer ce projet. 

Je voudrais commencer à tourner le film en octobre. Mais pour cela, nous avons besoin d'un minimum de 10.000 euros pour payer les frais de tournage. Avec plus d'images, nous pourrons plus facilement convaincre les financeurs de l'importance de faire connaitre la pratique de ces sages-femmes et la situation délicate dans laquelle elles se trouvent.

Avec cette somme, nous pourrons juste commencer à tourner pendant 4 semaines. C'est en quelque sorte le pied à l'étrier. Mais le temps de tournage total prévu est de 8 semaines. Si la somme des 10.000 euros est atteinte et que vous avez envie de donner davantage, cela nous permettra de pouvoir continuer à tourner le film.



Quelles sont les dépenses couvertes par les 10.000 euros ?


Pour 4 semaines de tournage (1 semaine dans chaque région) :

- 2.000 euros : Location de la caméra et du matériel son
- 2.000 euros : Achat des billets de train pour aller tourner dans les 4 régions différentes
- 1.000 euros : Repas et logement
- 1.500 euros : Défraiement du preneur de son
- 1.500 euros : Défraiement de la cadreuse
- 1.000 euros : Défraiement pour la personne en charge de la recherche de financements
- 1.000 euros : Somme prélevée par le site Tous Coprod


A propos de ce que vous recevez


"Les contreparties" sont ce que vous recevrez en cadeau pour vous remercier de votre soutien au film. Nous n'avons pas voulu créer de trop grande différences entre les personnes donnant 20 ou 200 euros, car nous savons bien que cela dépend plus des moyens de chacun que de son intérêt pour le projet. Bien entendu, l'intérêt de cette démarche est de récolter le plus d'aides possible mais nous vous remercions d'avance pour toutes les contributions ou encouragements écrits que vous nous enverrez !


Si vous donnez 10 euros ou plus : Vous recevrez une invitation à l'avant-première du film pour 2 personnes.


Si vous donnez 25 euros ou plus : Votre nom apparaitra au générique et vous recevrez une invitation à l'avant-première du film pour 2 personnes.


Si vous donnez 50 euros ou plus : En plus de votre nom au générique et de l'invitation à l'avant-première, nous vous enverrons un DVD du film quand il sera finalisé.


Si vous donnez 70 euros ou plus : En plus de votre nom au générique et de l'invitation à l'avant-première, nous vous enverrons un DVD et une affiche du film, dédicacée par les sages-femmes.


Si vous donnez 150 euros et plus : Vous recevrez bien entendu l'invitation, le DVD et  l'affiche, plus un DVD de "9ter", le premier film de Céline et vous pourrez être fièr-e d'avoir donné un gros coup de pouce pour que ce film avance ;-) !  Avec nos remerciements les plus sincères. 


Si vous donnez 300 euros et plus : Vous recevrez tout ce qui a été cité plus haut et votre nom entier sera noté au générique dans les "remerciements spéciaux".


Si vous donnez 1500 euros (ou plus ;-) ) : Vous aurez bien sûr droit aux cadeaux et vous serez invité-e à assister à une journée de montage du film, en présence de la réalisatrice et du monteur.




Si vous voulez faire plus pour nous aider


Si vous désirez plus d'informations sur le contenu du projet et la polémique sur l'accouchement à domicile, nous avons créé un blog avec toutes ces informations. 

Nous comptons sur vous pour nous aider à lancer ce projet, afin que nous puissions enfin découvrir une vision plus respectueuse de la naissance et de ces sages-femmes. 

1. Faites passer l'information auprès de vos amis, de votre famille, de vos collègues. 

2. Inscrivez-vous sur notre mailing list pour rester informé de l'avancée du projet : LISTE ( http://entreleursmains.wordpress.com/nous-contacter/ )
3 . Faites circuler l'info via vos réseaux sociaux : 
Facebook : http://fr-fr.facebook.com/EntreLeursMains 
Nom Twitter : entreleursmains - https://twitter.com/#!/Entreleursmains
4. Contactez-nous si vous désirez programmer une projection du film dans votre ville quand il sera terminé entreleursmains@gmail.com
5. Si vous voulez voir d'autres projets réalisés par Céline Darmayan : http://www.cinetik-prod.com/

Nous vous remercions chaleureusement pour votre soutien, grâce à vous "Entre leurs mains" sera bientôt une réalité. 


Céline Darmayan, réalisatrice

Gabriel Vanderpas, producteur

Commenter cet article

Anne-Marie 15/10/2012


Je me suis permis de reprendre l'information sur mon blog. Espérons que ça donnera envie à certain(e)s de participer.

Cledical 20/05/2014

C'est une belle projet ! Car ça aiderait les femmes à mieux comprendre les vrais valeurs de la présence des sage-femmes.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog