Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


La fessée en question

Catégories : #Parentalité

Une petite fessée de temps à autre, ça ne fait pas de mal, n'est-ce pas ?
Et puis nous en avons tous reçu quelques unes lorsque nous étions enfants, et nous ne nous en portons pas plus mal après tout.
Au contraire, nous sommes plutôt bien éduqués.

Alors, la fessée ?

Pour illustrer mon propos, je voudrais vous donner l'exemple de la Suède.
Ce pays nordique en avance sur tant de choses au niveau socila a interdit tout châtiment corporel par une loi de 1979.
Depuis, pas un seul enfant n'est décédé des suites de maltraitances familiales... De plus, le nombre d'enfants enlevés à leurs parents par les services sociaux a été divisé par 4...

Coïncidence ?

Cette loi suédoise a été reprise plus tard par de nombreux pays : le Danemark, la Finlande et la Norvège (encore des pays "nordiques"), mais aussi l'Autriche par exemple.
D'autres Etats se penchent sur la question : l'Allemagne, l'Irlande, la Suisse et la Belgique, pour ne reprendre que ceux qui sont le plus proches de nous.

Je voudrais reprendre ce que disait Maryse Vaillant, une psychologue clinicienne :
"Les coups sont le signe d'un manque de recul, d'une incapacité à éduquer son enfant et d'un enlisement dans l'échec. La violence physique est toujours un échec de l'intelligence ; la sanction non violente, elle, permet à l'enfant de devenir une vraie personne"

Voici encore une citation d'Olivier Maurel, l'auteur dulivre "100 questions-réponses sur les châtiments corporels", et accessoirement père de 5 enfants :
"La fessée ouvre la voie au sadomasochisme (stimulation des zones érogènes) et ce n'est pas un hasard si, chez certains adultes, elle fait partie des pratiques érotiques ! qui plus est, face aux coups, les enfants se blindent. On commence par une petite tape et, comme il n'y a pas de résultat, on frappe plus fort. L'enfant, pour supporter cela, coupe la route à sa souffrance et à ses émotions, "même pas mal !" dit-il, et c'est grave ! Car alors il cesse également d ressentir la souffrance et les émotions des autres. Il perd sa capacité empathique qui est le fondement de la morale. Se mettre à la place des autres enseigne à ne pas leur infliger ce que nous ne voudrions pas subir. Les parents frappent souvent leurs enfants quand ils se bagarrent. Où sont la logique et la morale de ces actes ? Si c'est mal de se taper dessus, la sanction ne devrait pas tomber sous forme de coups. C'est ABSURDE ET DESTRUCTEUR POUR L'INTELLIGENCE. L'éducation se donne par l'exemple. Si l'adulte fait usage de la violence, l'enfant aura fortement tendance à reproduire le même comportement avec ses camarades, son petit frère ou sa petite soeur. Il ne saura pas résoudre un conflit par la négociation."


Eh oui, n'avez-vous jamais vu un parent qui, pour apprendre à son enfant qu'il est mal de taper un petit camarade, le frappait à son tour ?
Et lorsque nous ne sommes pas d'accord avec ce que fait un de nos collègues ou notre compagnon, le frappons-nous pour clore le débat ou tentons-nous de lui fair entendre notre point de vue pour qu'il change son somportement ?


La vraie question serait plutôt à chercher par ici :
Sommes-nous capables de ne plus frapper nos enfants, et de chercher d'autres moyens "civilisés" de leur faire comprendre les valeurs qui sont importantes pour nous, et les règles qui en découlent ?
Sommes-nous prêts à considérer nos enfants commes des êtres humains à part entière ?



Pour finir :
Si vous croisez dans la rue un homme qui frappe son chien parce qu'il aboie trop fort, vous le trouvez cruel, n'est--ce pas ?
Si votre père frappait son frère pour lui faire entendre raison, vous seriez scandalisé par ce manque d'amour, n'est-ce pas ?
Si votre voisin de pallier frappe sa femme parce qu'elle a fait quelque chose qui ne lui a pas plu, vous irez dénoncer cette violence au commissariat le plus proche, non ?


Alors pourquoi nommer cette même violence "amour éducatif" lorsqu'il se portesur ces êtres fragiles et sans défense que sont nos enfants ?
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents