Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes livres...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau

Catégories : #IEF, #Instruction en famille

Surnommé « douanier » en raison de son métier, Henri Rousseau fut un peintre autodidacte, souvent considéré comme naïf et moqué par ses contemporains, mais admiré par les avant-gardistes du XXème siècle. Son œuvre très ambitieuse, qui comprend des œuvres historiques, des portraits, des paysages, des allégories, est peuplée de visions exotiques et oniriques dont la poésie a séduit de nombreuses personnalités comme Pablo Picasso et André Breton.

 

Rousseau est un esprit mystique, convaincu que des forces occultes l’assistent dans son désir de devenir artiste. Pourtant, malgré ses efforts et ses études en autodidacte des maîtres du Louvre, ses envois jugés maladroits (paysages, portraits, scènes de genre…) sont rejetés par le jury du Salon officiel.

"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau

Grâce à la création, en 1884, du Salon des Indépendants (notamment par Georges Seurat et Paul Signac), salon sans jury ni récompense, Henri Rousseau trouve le lieu où exposer ses œuvres. Celles-ci étonnent le public et les artistes.

"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau

 

On le traite d’amateur. Lui pourtant pense à Paul Cézanne, Paul Gauguin, Vincent van Gogh… et se considère comme un novateur. Alfred Jarry le surnomme alors « le douanier » en raison de son métier. Malgré les quolibets, Rousseau reste un fidèle des Indépendants.

"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau

 

Son style naïf n’est pas fortuit. Le peintre fait appel à l’imagerie populaire, mais il nourrit aussi une grande admiration pour la précision des artistes académiques comme Jean-Léon Gérôme ou Jean-Auguste-Dominique Ingres. Mais, à leur différence, Rousseau n’a pas recours aux lois de la perspective occidentale. Par cette manière jugée primitive, il exalte le mythe de l’innocence à une époque où d’autres artistes, tels Gauguin, cherchent un retour à la pureté des origines.

"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau

En 1891, Rousseau débute le thème des jungles, qui occupera une place importante dans son œuvre. Trois ans plus tard, devenu veuf et retraité, Rousseau entreprend de se consacrer uniquement à la peinture, même si sa situation financière est précaire. De plus en plus d’artistes s’intéressent à ce personnage hors normes, volontiers mythomane et original : Félix Vallotton, André Derain, Henri Matisse, Robert Delaunay, Picasso… Ce dernier organisera même en son honneur un mythique banquet au Bateau-Lavoir en 1908.

"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau

Rousseau vit essentiellement de leçons de dessin qu’il donne au sein d’une association. Jusqu’à une malheureuse mésaventure qui le conduit en 1907 en prison (pour avoir baigné dans une affaire d’escroquerie). À force d’exposer, cependant, il parvient à séduire le marchand Wilhelm Uhde, et surtout Guillaume Apollinaire, poète et critique du cubisme, qui devient l’un de ses plus fervents soutiens.

Henri Rousseau décède en 1910 des suites d’une gangrène à la jambe. Sans argent, peu entouré, il est enterré dans une fosse commune. Ce n’est que bien plus tard, en 1947, que ses restes sont transférés dans sa ville natale grâce à l’aide de quelques amis artistes, tels Robert Delaunay.

"Picture Study" : le Douanier Henri Rousseau
Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents