Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


L'alimentation vivante en famille...

Catégories : #Alimentation vivante, #Alimentation crue, #Alimentation enfant

Voici un petit aperçu de la façon dont je gère les repas en famille... Pour rappel, j'ai deux adolescents qui sont scolarisés, et 4 enfants plus petits (l'un d'eux a commencé sa période d'instruction officielle à la maison)... 

L'alimentation vivante en famille...

Quand et comment avons-nous adopté l'alimentation vivante ?

Il y a une dizaine d'années maintenant, j'ai adopté une alimentation végétalienne avec mes deux premiers enfants (qui avaient à l'époque 7 et 5 ans). 

Quelques années plus tard, après la naissance de notre 4ème enfant, qui était couvert d'eczéma, nous avons mis de côté le gluten, donc toutes les céréales, pour son plus grand bien, et le nôtre au passage. 

Très vite, nous sommes passés à une alimentation très majoritairement crue. Pendant 2 ans, nous avons mangé presque à 100% cru (mises à part les sorties hors de chez nous où nous mangions comme les autres personnes), hiver compris, parce que nous avions une très bonne source d'approvisionnement en fruits et légumes. 

Puis, suite à notre déménagement, nous avons réintroduit des plats cuits, tout simplement parce que nous ne trouvions pas assez de produits frais, notamment de bons fruits, pour pouvoir manger cru à 100%.

A l'heure où j'écris ces lignes (et cela peut changer !), nous mangeons cru à presque 100% durant toute la période estivale, et nous réintroduisons des plats cuits (soupes, légumes vapeur, parfois gâteaux...) quand il fait plus froid. Plusieurs raisons à cela ; 

- l'appartement est froid (entre 14 et 15° le matin, la température atteint maximum 19° au moment où nous nous couchons)

- nous adoooooorons les soupes au potimarron :-)

- nous avons beaucoup de mal à trouver des légumes et fruits bio en hiver (notre maraîcher est absent du marché hebdomadaire pendant 3 mois, et nous devons nous rabattre sur les moyennes surfaces de la ville à côté)

- cela nous convient comme cela. Cela peut ne pas être le cas de tout le monde, mais nous nous satisfaisons très bien, à la fois moralement et physiquement, de cet arrangement.

Voilà pour ce qui est des grandes lignes...

Les enfants scolarisés

Qu'en est-il pour mes deux grands, qui vont à l'école ?

Lorsqu'ils ont du aller à la cantine au début du collège, je leur ai demandé s'ils voulaient que nous demandions des menus spéciaux. Mais ils ont tous les deux souhaité garder les mêmes repas que les autres, ce que je comprends très bien à un moment de la vie, l'adolescence, où la différence est tellement difficile à vivre. Ils doivent déjà gérer, entre autres, le fait de ne pas avoir de télévision (donc pas les mêmes références que les autres élèves), pas de téléphone mobile, pas de jeux vidéo... Alors je comprends très bien qu'ils n'aient pas voulu se démarquer plus que cela.

S'ils m'avaient demandé de faire les démarches pour pouvoir manger cru, j'aurais dû trouver un médecin qui aurait certifié qu'ils souffraient d'allergies alimentaires ou préparé une boîte repas pour chacun la veille au soir.

A la maison

Comment est-ce que je gère les repas à la maison ?

Tout d'abord, je prépare mes menus à l'avance, histoire de partir au marché avec une liste de courses, et de ne pas prendre des fruits ou légumes qui vont s'abîmer sans que nous les mangions... C'est donc plus économique, et cela me permet de ne pas me casser la tête avant chaque repas pour savoir ce que je vais cuisiner : il n'y a qu'à prendre le tableau où j'écris les menus, et je sais ce que je dois faire. Un petit bonus : quand nous sommes sur le chantier jusque tard dans la soirée, mes grands qui sont rentrés de l'école peuvent préparer le repas de façon autonome : ils savent eux aussi ce qu'il y a à préparer !

Pour cela, j'ai un classeur fin, avec la planification de 2 semaines de menus en premières pages, puis des intercalaires avec les recettes que je refais très souvent :

- pour le déjeuner

- pour le goûter

- les plats

- les sauces, tartinades et trempouilles

- les pâtes à tarte et pâtes à pain sans gluten.

 

Je fais les courses une fois par semaine : 

- au marché, où je trouve une maraîchère dont les produits ne sont pas labellisés bio, mais qui ne traite pas. Cela fait de grosses quantités (une douzaine de salades vertes par exemple) à chaque fois !

- je fais un tour à Aldi, où j'ai commandé un ou deux cartons de 18 kg de bananes bio (issues du commerce équitable) : cela me permet de payer le carton en une seule fois (et donc de gagner beaucoup de temps à la caisse), et d'avoir des bananes à un prix très abordable. Grosse quantité pour une semaine... tout le monde m'y reconnaît maintenant ;-)
J'y trouve aussi les galettes de riz et de maïs bio, des oranges, citrons, kiwis et carottes bio.

- si j'ai besoin, je complète dans la moyenne surface de la ville à côté (laits végétaux, produits particuliers...), notamment pour les fruits que je trouve difficilement en bio à certaines périodes. Là encore, ça fait de grosses quantités (les enfants mangent au moins 6 pommes par jour, en été nous mangeons deux melons chaque midi, je prends les pêches ou les poires ou les kiwis par cagettes entières)... Il faudrait un jour que je pèse les fruits consommés en une semaine !

- et nous faisons de temps à autre une grosse commande d'épicerie en grandes contenance, ce qui permet d'avoir de meilleurs prix (quinoa, farine de châtaigne, fruits secs et séchés...) sur un des sites suivants :

Pour ce qui est de notre façon de manger au quotidien :

- le matin au déjeuner, le repas est souvent à base de fruits, mais parfois aussi cuit.

Par exemple pour cette semaine : 

   * lundi : pommes et bananes en tranchines + crème de dattes

   * mardi : crêpettes de sarrasin aux raisins secs

   * mercredi : bananes écrasées + brugnons tranchés + noix + goji

   * jeudi : petits pots de crèmes au chocolat
                (lait végétal + cacao + farine de riz pour faire épaissir à feu doux)

   * vendredi : fruits à la croque

   * samedi : gâteau poêlé à la farine de châtaigne

   * dimanche : pudding de chia à la fraise (préparés la veille au soir)

- pour le dîner à midi, nous mangeons des fruits uniquement, par exemple : 

   * un moussie

   * des fruits à la croque  

   * une salade de fruits

   * un sorbet à base de bananes congelées...

La plupart de temps, je pose tout simplement le plateau de fruits au milieu de la table, et chacun se sert de ce qui l'attire, ce qui est tout de même le mieux pour la nutrition : nous n'avons pas les mêmes besoins au même moment !

Presque pas de vaisselle, pas de préparation, le rêve !! La seule contrainte, c'est d'avoir assez de bons couteaux et de bons éplucheurs pour tout le monde... 

L'alimentation vivante en famille...
L'alimentation vivante en famille...
L'alimentation vivante en famille...
L'alimentation vivante en famille...
L'alimentation vivante en famille...

- pour le goûter, nous sommes souvent sur le chantier... Nous prenons donc un panier de fruits frais dans lequel les enfants piochent ce qui leur plaît. Et comme mon mari a "besoin de croquant", nous prenons régulièrement des galettes de riz, maïs ou sarrasin, parfois du chocolat noir, ou des fruits secs.

Même si nous prenons un moment particulier où nous nous rassemblons autour de la table, nous laissons les enfants (que ce soit à la maison ou sur le chantier), piocher des fruits quand ils en ressentent le besoin.

C'est souvent aux alentours de 11 heures, donc une heure avant que nous prenions le dîner, et entre 16 et 17 heures, ce qui correspond très bien à la chronobiologie, mais pas à nos impératifs à nous. Mais pourquoi pénaliser le métabolisme de nos enfants pour des conventions ou des horaires d'adultes ? Nous avons fait le choix de les laisser aller piocher d'eux-mêmes, quitte à ce qu'ils mangent moins aux repas. La seule limite que nous posons, c'est qu'une heure avant le repas du soir, ils arrêtent de manger... 

Nous dégustons aussi régulièrement des goûters cuits, parce que ma fille aînée adore cuisiner... Nous avons donc essayé beaucoup de recettes de biscuits et gâteaux végétaliens sans gluten, et ils reviennent de temps à autre sur notre table. Nous faisons aussi des préparations crues (des biscrus, des cuirs de fruits, des fruits séchés...) qui permettent de changer un peu du quotidien. Dites-moi si cela vous intéresse de connaître ces recettes et je programmerai un article sur le sujet... 

- pour le souper, je prépare systématiquement :  

   * une grosse salade de verdures  

   * une salade composée crue
     (à base de fruits, de légumes
     ou d'un mélange des deux)  

   * et j'ajoute parfois un plat cuit
    (souvent une soupe en hiver).

 

Qu'en est-il du cuit ?

- Un déjeuner cuit le matin une fois par semaine environ,
   parfois 2 lorsque j'ai moins de fruits frais

- Un goûter cuit à peu près une fois par semaine (sauf l'été en général)

- Un plat cuit environ 1 à 3 fois par semaine au souper, selon la saison, après la salade crue :

   * La veille du jour de marché, il n'y a souvent plus de salades vertes,
     donc je prévois un repas tout cuit ou presque,
     en ce moment je profite des haricots verts et des excellents petits pois
     que je trouve chez ma maraîchère pour faire des jardinières de légumes
     (haricots verts, petits pois, carottes, oignons, navets nouveaux, pommes de terre).

   * Le soir du marché, je cuisine les fanes, parfois en cru (pestos),
     parfois en cuit (galettes indiennes à la farine de pois-chiche)

   * Le lendemain du jour du marché, quand j'ai acheté des petits pois, 
     je cuits les cosses pour en faire de la soupe (il suffit ensuite de la passer
     dans une passoire fine ou un filet à jus pour jeter les fils désagréables)

   * En hiver, je fais souvent de la soupe, ou des légumes vapeur, ce qui nous réchauffe !

- Pour notre anniversaire, chacun choisit son repas, ce qui inclut parfois quelque chose 
   que nous ne mangeons pas d'habitude (cette année, nous avons par exemple eu
   des lasagnes avec de la viande, une île flottante, un tiramisu...).

- Nous nous faisons plaisir : si un jour nous avons vraiment envie d'une pizza,
   nous allons manger une pizza (ou autre !)... Cela reste exceptionnel,
   mais ça fait du bien parfois de céder à ses envies, même irrationnelles... 

Les enfants

Les enfants n'ont aucun mal avec ce mode d'alimentation : ils adorent les fruits, et nous ne les obligeons pas à manger des légumes au repas s'ils n'aiment pas (en revanche, on goûte !). S'ils préfèrent, ils peuvent se servir des fruits à la place. 

J'observe qu'ils sont très à l'écoute de leur corps, qu'ils ne mangent jamais trop (ils laissent parfois une petite cuillère de préparation dans leur assiette !). Certains jours ils mangent beaucoup, d'autres jours ils ne mangent presque rien, et lorsqu'ils sont patraque (après des repas à l'extérieur avec des produits que nous n'avons pas l'habitude de manger par exemple), ils jeûnent (ou presque) d'eux-mêmes. 

Comme nous côtoyons des personnes qui mangent cuit, le fait d'intégrer de temps à autre une préparation cuite dans leur alimentation (notamment pour les goûters) les satisfait : ils ne sont pas frustrés en pensant aux gâteaux que les autres enfants mangent... je pense qu'il est très important de ne pas permettre à la frustration de s'installer, sinon c'est le meilleur moyen de les dégoûter de l'alimentation vivante, ce qui n'est quand même pas le but ;-)

Pendant la grossesse

Mes deux premières grossesses ont été vécues de manière classique sur le plan alimentaire ; les troisième et quatrième étaient végétaliennes, et pour les deux dernières grossesses, j'avais une alimentation majoritairement crue.

Pour la cinquième, j'ai eu une envie irrépressible de trucs pas orthodoxes à la fin du premier mois, comme des nuggets, des cordons bleus, des fritures... J'y ai cédé le temps d'un repas, et ensuite j'ai été malade pendant tout le deuxième mois, avec 15 jours où je n'ai pu avaler qu'une ou deux clémentines par jour (imaginez mon degré d'épuisement au bout de deux semaines !), puis 15 jours où j'ai pu recommencer à manger des bananes... Certainement un gros nettoyage pour faire place nette pour le développement du bébé... Ensuite, tout est allé très bien, et je n'ai pas eu d'autre trouble.

Pour la sixième grossesse, j'ai eu des écoeurements pendant 1 mois, où je ne supportais pas l'odeur de certains aliments, notamment les champignons, mais j'ai pu manger à ma faim sans souci en évitant les aliments dont les odeurs m'indisposaient. J'ai simplement eu très très très envie de noisettes tout le long de la grossesse, mais pas d'envie étrange.

Pour ces grossesses, j'ai juste fait attention à manger assez de bons gras (les noisettes étaient les bienvenues, du coup !), c'est tout. Sinon, j'ai continué à manger les fruits qui m'attiraient, beaucoup d'agrumes pour la fin de la sixième grossesse. Je mangeais par exemple uniquement des pamplemousses et des oranges le midi ces 3 derniers mois...

Sinon, rien de spécial pour les grossesses : je pense qu'en étant attentive à ses envies de produits crus et naturels, on comble facilement ses besoins... 

Voilà, je crois avoir fait le tour de la façon dont nous gérons l'alimentation à la maison... 

Pour répondre à la question qu'un lecteur du blog m'avait posé il y a quelque temps sur la façon dont nous nous catégorisons, et à laquelle je n'avais pas pris le temps de répondre : nous ne nous considérons ni "végétaliens", ni "crudivores", ni "vegans" ou même "flexitariens"... Je crois à l'alimentation vivante, c'est-à-dire à une alimentation basée principalement (mais pas forcément uniquement) sur les aliments naturels et crus, et c'est celle-ci que nous avons adoptée au quotidien.
Et si vraiment je devais choisir une étiquette, je choisirais "frugivores", puisque nous mangeons principalement des fruits, mais sans éradiquer totalement les produits cuits et les produits animaux (nous mangeons ainsi "normalement" lorsque nous sommes hors de chez nous)... 

Si vous avez d'autres questions sur le sujet, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires, j'y répondrai avec plaisir... 

Commenter cet article

Raisins verts 09/07/2017 04:19

Bonjour et merci pour cet article complet!
j'ai lu votre livre avec intérêt et cet article nous montrre aue si si, c'est vraiment possible!
Les recettes de votre fille intéressent les lecteurs, j'en suis certaine.
Merci beaucoup Petite Fée Coquelicots et à bientôt.

Petite Fée Coquelicot 09/07/2017 06:00

Merci pour ce gentil commentaire...
Je vais donc penser à publier quelques-unes de nos recettes "de base" !

Gwladys Jousselme 09/07/2017 04:11

Merci petite fée coquelicot! Vous etes une vraie fée du logis! Je retire de votre article des idées, dont celle de planifier les menus à l'avance sur 2 semaines... cela me semble si difficile à faire, bien étrange et inattendue réaction de ma part :) Donc je vais laisser mûrir cette nouvelle idée, et je crois que cela m'aidera à gagner en organisation... Merci pour les détails, quand et comment vous mangez. En gros, cela ressemble à notre approche, sauf que moi je ne crusine pas à part la salade verte : ) par contre, le soir je fais toujours des légumes vapeur... j'ai l'impression de trop en demander, mais c'est comment vos menus sur deux semaines...? je demande parce que je ne sais pas pourquoi, cela me semble insurmontable de penser comme cela deux semaines en avance :) Bref, merci de nous avoir fait entrer dans votre cuisine et d'avoir pris le temps de nous organiser cette petite excursion! Bel été!

Petite Fée Coquelicot 09/07/2017 05:59

Demandez et vous recevrez ;-)
J'essaie de faire un article avec des exemples de planification de menus, promis...

Cigalette 106 08/07/2017 19:22

Bonsoir, c'est bien lorsque l'on peut manger autant de fruits et légumes sans soucis de transit, moi légumes et fruits sont limité, sinon je passe ma journée au petit endroit je souffre du syndrome côlon irritable, il y a des semaines sans soucis par contre d'autre c'est la catastrophe, je ne mange plus autant de viande qu'avant mais je ne pourrais pas m'en passer, je suis bien trop vieille pour changer mon mode de vie, bon WE

Petite Fée Coquelicot 08/07/2017 19:35

Bonsoir, et merci pour votre commentaire...
Effectivement, les légumes crus ont des fibres dures qui peuvent irriter des intestins fragilisés ou sensibles... Quant aux fruits, qui ont des fibres douces, ce sont les "nettoyeurs" de l'organisme : quand on en consomme plus d'un ou deux par jour, ils lancent une "détoxination", par exemple des diarrhées. C'est donc plutôt une bonne chose, puisque le grand nettoyage est lancé et que notre corps en sortira plus propre, débarrassé des substances en putréfaction qui l'intoxiquaient à petit feu...
Mais cette détox peut êter désagréable ! Alors pour pallier cet inconvénient, il faut y aller doucement. Manger d'abord les légumes cuits avant de pouvoir les consommer crus, ajouter petit-à-petit des fruits, consommer beaucoup de jus de légumes, et diminuer progressivement les "poisons alimentaires" (gluten, sucre raffiné, produits animaux)...
C'est sûr que c'est un grand grand changement dans les habitudes alimentaires, mais ça change aussi la qualité de vie !!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents