Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


A la découverte d'Antonio Vivaldi

Catégories : #Instruction en famille, #Composer Study, #Musique, #Connaissance des Arts

1678 – 1741

1678 – 1741

Violoniste virtuose, compositeur prolifique, Vivaldi a composé quatre des concertos pour violon les plus connus dans le monde, les Quatre Saisons.

Une ville avec de l’eau partout à la place des rues ? C’est en Italie, à Venise, où l’in se déplace en gondole, et où la fête, le Carnaval, les danses et la musique tiennent une grande place. Le 4 mars 1678, peu après le Carnaval, un grand tremblement de terre retentit. Le même jour naît Antonio Vivaldi, un des grands musiciens italiens… Venise était une ville très accueillante, qui avait un charme tout particulier pour les jeunes garçons comme Antonio Vivaldi qui y étaient nés et y vivaient, même s’ils grandissaient dans les quartiers pauvres. La ville avait publié un guide à l’usage des étrangers, dans lequel le père d’Antonio Vivaldi était cité comme l’un des meilleurs musiciens de la cité ! C’était en effet un excellent violoniste qui exerçait son talent à la chapelle ducale de Saint-Marc. Mais pour vivre, il était aussi boulanger et barbier.

Antonio était l’aîné de 7 enfants, tous avec les cheveux roux comme leur père. C’est pourquoi on surnommera Antonio « Il Rosso », le Roux. Si Antonio se distingua très vite par sa vivacité d’esprit et son assiduité au travail, deux de ses frères acquirent au contraire une fâcheuse réputation dès leur adolescence, et subirent par la suite des peines de bannissement pour injures, coups et blessures. C’est de son père qu’Antonio reçut ses premières leçons de musique. Il se montra si doué qu’il fut confié à 11 ans au compositeur Legrenzi, le premier à avoir écrit des sonates en trio pour violon et violoncelle. A partir de  ce moment, il remplaça à l’occasion un des 8 violonistes de l’orchestre de la chapelle ducale ! Il accompagnait aussi son père qui jouait du violon pendant les soirées au théâtre. Il découvrit ainsi l’univers étrange et merveilleux du théâtre, les décors ingénieux, les machineries complexes, les costumes somptueux, les personnages hauts en couleurs, les chanteurs et les danseurs exubérants… Quelle nourriture pour l’imagination d’en enfant ! Mais ces soirées ne sont que de brèves récréations, car le père d’Antonio décide de le destiner à l’église pour lui assurer des revenus, et donc une vie plus confortable que la sienne. Il s’applique à ses études avec la même assiduité qu’à la musique, se montrant fort intelligent.

Les années passent, dépourvues des plaisirs de la jeunesse pour Antonio. En 1703, à 25 ans, il est ordonné prêtre. Il est alors chargé d’enseigner le violon dans un orphelinat pour jeunes filles, qui dispose d’un excellent orchestre, la musique ayant une grande part dans l’éducation fournie aux pensionnaires.

Antonio devient vite maître de concert puis maître de chœur. Il enseigne autant la théorie musicale que la pratique instrumentale, il organise les concerts, dirige l’orchestre et, bien sûr, compose toute la musique qui est jouée par les pensionnaires. C’est une lourde tâche, difficile, mais aussi enivrante pour le jeune musicien ! Il publie à cette époque son premier ouvrage : 12 sonates de chambres en trio, ainsi que 12 concertos sous le titre « l’Impulsion harmonieuse ».

Le titre de son deuxième recueil de concertos, « L’Extravagance », donne lieu à des controverses, les concertos étant fantasques et irréguliers, méprisant les lois de la modulation et de la mélodie alors en vigueur… En réponse à ces critiques, Antonio continue ses créations, ne se laissant pas brider par les règles de l’époque.

Mais Antonio Vivaldi était de santé fragile, et ces luttes contre l’incompréhension, la jalousie et la malveillance le fatiguent beaucoup. Ses crises d’asthme l’obligent à renoncer à dire la messe. Cela lui permet toutefois de voyager beaucoup. A Mantoue, il séjournera plus de 2 ans comme maître de musique à la cour, tout en continuant à fournir au pensionnat de Venise 2 concertos par mois pour se conformer à ses engagements.

En 1713, il publie son premier opéra, « Automne dans la ville », et son second l’année suivante, « Orlando Furioso »…

A 46 ans, Vivaldi publie « L’Epreuve de l’Harmonie et de l’Invention », qui contient les 4 grands concertos des Quatre Saisons, son œuvre la plus célèbre. Un concerto désigne une œuvre pour orchestre avec un ou deux instruments qui jouent en solistes. C’est une imitation des airs chantés dans les opéras où la voix du chanteur alterne avec l’orchestre. Pour ses concertos, Antonio adopte la forme en 3 mouvements successifs (allegro vif, adagio lent, allegro vif), ce qui fait, pour les Quatre Saisons, un ensemble de 12 mouvements, comme les 12 mois de l’année…

Il avait même composé de petits poèmes qui permettaient à ses auditeurs de suivre les divers épisodes de sa description musicale, comme le chant des oiseaux qui salue l’arrivée du printemps, les sources qui murmurent, l’orage annoncé par le grondement du tonnerre, le sommeil paisible du chevrier, les danses des bergers…

Puis vient l’automne, les vendanges, le départ joyeux des chasseurs, la troupe des chiens qui les suit et le retentissement des cors…

Pour décrire l’hiver, Antonio Vivaldi écrit « Passez devant le feu des jours paisibles tandis que dehors la pluie tombe à verse ». C’est la mélodie du violon principal qui exprime la quiétude, le confort, tandis que les pizzicatis (pincements des cordes) saccadés des autres violons donnent l’impression d’entendre la pluie tomber sur les carreaux.

Vivaldi se fatigue pourtant de plus en plus : il ne peut plus se déplacer à pied, mais uniquement en gondole ou en carrosse… Pourtant, sa musique demeure énergique, joyeuse, pleine de vie et de santé ! Et il fournit toujours une somme de travail colossale : il a écrit dans sa vie pas moins de 454 concertos, 75 sonates, 15 symphonies, 56 opéras et une multitude d’œuvres religieuses, oratorios et cantates... Sa force de caractère lui permettait de dominer toutes les misères de sa santé.

1734, Carlo Goldoni, un jeune auteur dramatique est chargé de corriger le texte d’un opéra, « Griselda », dont Vivaldi doit composer la musique. Il enthousiasme tellement le musicien que celui-ci pousse des cris de joie en découvrant son texte, et le prend dans les bras en lui promettant qu’il n’aura plus jamais d’autre poète que lui !

A 63 ans, la mort le surprend à Vienne, sur la route qui devait le mener à la cour princière de Dresde… Il est inhumé au cimetière de l’hôpital qui est le cimetière des pauvres. Après sa mort, Vivaldi fut complètement oublié. Pendant près de 200 ans, celui qui fut le plus grand compositeur de concertos, l’un des modèles de Jean-Sébastien Bach, l’un des maîtres de la musique descriptive, ne fut plus qu’un souvenir… Mais au début du XXème siècle, son œuvre est redécouverte, et les musicologues en vantent l’originalité et la beauté…

Pour cette découverte de l'oeuvre d'Antonio Vivaldi, qui nous a tenus en haleine pendant 9 semaines quand même :-) j'ai utilisé les livres suivants pour raconter l'histoire du compositeur :

Il faut bien entendu adapter la façon de raconter la vie du musicien selon l'âge des enfants, trouver des anecdotes amusantes et frappantes qui marqueront leur imagination, montrer des images de Venise, regarder des vidéos sur internet d'un concert...

En tous cas, depuis que nous avons commencé à entrer dans l'univers d'Antonio Vivaldi, L'Hiver et L'Automne sont les musiques que les enfants choisissent systématiquement pour s'endormir le soir ;-)

Commenter cet article

LMC 20/07/2016 09:57

Un très bon résumé de la vie et de l'oeuvre de ce grand musicien ! Merci pour le partage des vidéos en plus !

Papillons-et-libellules 17/04/2016 23:13

Merci , merci , merci!
Ton article tombe à pic, nous sortons d'une deuxième période sur Venise ( hallucinant , l'attrait qu'exerce cette ville sur C.) et je récupère à l'instant le CD des 4 saisons ;)
Ça vire à la transmission de pensée , à ce stade ^-^

Petite Fée Coquelicot 18/04/2016 09:51

Comme dit ma grand-mère : "Les grands esprits se rencontrent" !!
;-)

Gwladys Jousselme 01/04/2016 16:52

Pensez-vous faire un programme pour l'année qui se répètera durant quelques années ou bien allez-vous continuer sur votre lancée et découvrir toujours plus de nouveaux peintres et compositeurs sans revenir systématiquement sur les anciens?

Petite Fée Coquelicot 01/04/2016 17:02

Non, pas de programme établi : il y a assez de peintres pour faire un grand tour avec eux ! Et quand les plus petits auront grandi, il sera toujours temps de revenir sur les premiers artistes qu'ils n'ont pas vu... Cela dit, le but de tout ceci est de donner aux enfants un appétit qui ne s'apaisera jamais. Et plus ils iront à la rencontre d'artistes, plus ils auront envie d'en connaître d'autres, en approfondissant par exemple une période, ou la peinture spécifique à une zone géographique, ou l'évolution des courants artistiques...
Mon but est vraiment de leur donner envie de connaître le monde autour d'eux et son histoire, pas seulement de leur donner une somme de connaissances sur un thème particulier. Pareil pour la littérature : on peut difficilement faire tout étudier aux enfants. Mais si on leur fait intelligemment (donc agréablement) connaître quelques auteurs ou ouvrages bien choisis, ils auront ensuite de plus en plus envie de lire !

MissK 31/03/2016 19:58

Ah Vivaldi ! Le musicien classique avec lequel j'ai pu commencer mon "individuation" à l'adolescence !! Eh oui, il y a des ados qui commencent à fumer pour se démarquer, moi j'ai commencé à écouter du classique :D 9 semaines, quel enthousiasme quand même ! Merci pour toutes ces informations que je ne connaissais pas ou avais oublié (j'avais bien retenu que cet homme était destiné aux V cependant)

Petite Fée Coquelicot 31/03/2016 20:10

Et encore, je suis passée à un autre compositeur, mais les enfants ne se seraient pas arrêtés ;-) Du coup, Vivaldi nous endort tout de même tous les soirs !

Gwladys Jousselme 30/03/2016 16:44

super!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents