Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Accouchement : quand les mots favorisent le travail

Catégories : #Accouchement, #Accouchement sans douleur, #Naissance libre, #Parentalité

On a vu dans une série d'articles ce qui pouvait entraver le travail.

La liste est longue, mais on peut notamment citer :

- les blocages psychologiques

- l'ambiance défavorable ou pas assez intime et sécure

- la peur.

Heureusement, il n'y a pas que des conditions défavorables pour la bonne marche du travail !

On peut aussi le favoriser...

Ouf !

Prononcer des mots justes

Oui : prononcer des mots justes peut relancer un travail bloqué ou carrément arrêté... Vous pouvez aller voir le récit de deux naissances par Ina May Gaskin, que j’ai rapportés dans cet article.

Sa conclusion : « J’ai découvert que prononcer des mots justes peut parfois détendre les muscles du bassin en permettant de décharger les émotions qui bloquaient effectivement la progression du travail. »

Accouchement : quand les mots favorisent le travail

Prononcer des paroles d'amour et d'encouragement

Encore plusieurs récits de naissance, rapportés par Ina May Gaskin (« Le guide de la naissance naturelle ») :

« Alors que je faisais un toucher vaginal pour estimer le degré de dilatation de son col de l’utérus, elle dit : « Tout ce que je souhaite, c’est m’ouvrir et laisser sortir ce bébé. » A l’instant où elle prononçait ces paroles, son col s’ouvrit de deux centimètres sous mes doigts ! »
« Elle était restée assise sur son lit pendant la première phase de l’accouchement (durant laquelle le col de l’utérus se dilate), enlacée par son mari. Il lui avait chuchoté à l’oreille : « Tu es merveilleuse ! » et elle était certaine d’avoir senti son col s’ouvrir à ces mots. « Dis-le moi encore, s’il te plaît ! », lui avait-elle demandé. Il avait répété ces paroles et, de nouveau, elle avait senti son col s’ouvrir. « Je sais que vous allez croire que je suis folle, avait-elle dit, s’adressant à son mari et à sa sage-femme, mais est-ce que vous pourriez continuer à me le dire ? » Son mari, rejoint par la sage-femme, avait continué sa mélopée. Peu de temps après, arrivée à dilatation complète, elle poussait son bébé pour le mettre au monde. »

Ina May Gaskin affirme de manière catégorique qu’il ne lui est JAMAIS arrivé d’observer un col de l’utérus rester fermé et inflexible alors que des paroles aimantes et positives étaient prononcées.

Plutôt encourageant, non ?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents