Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Accouchement : la loi des sphincters

Catégories : #Accouchement, #Accouchement sans douleur, #Parentalité, #Naissance libre

Dans son livre « Le guide de la naissance naturelle : retrouver le pouvoir sur son corps », Ina May Gaskin décrit la loi des Sphincters, loi que ses consœurs et elle ont établie d’après leurs nombreuses observations, et selon les principes desquels elles travaillent lors d’un accouchement.

Elle explique que la plupart des médecins occidentaux et des femmes de nos pays s’appuient sur une série d’hypothèses appelée la Loi des Trois P :

- Passager = bébé,

- Passage = bassin et vagin,

- Puissance = force des contractions utérines.

D’après cette loi, si le travail de la femme ne permet pas la naissance dans un temps imparti, c’est de sa faute : elle a conçu un bébé trop gros, elle a un vagin trop petit, ou bien un utérus trop faible qui ne se contracte pas assez ou assez fort. On recourt donc à tout un tas de médications et / ou interventions instrumentales et chirurgicales pour pallier la déficience maternelle.

D’après la Loi des Sphincters, si un travail ne se conclut pas par un accouchement normal au terme d’une durée raisonnable, c’est qu’il est ralenti ou entravé par le manque d’intimité, la peur ou la stimulation d’une partie du cerveau qui n’est pas la bonne. Il suffit donc de jouer sur tout ceci pour que l’accouchement reprenne « normalement ».

Par exemple, un des diagnostics les moins significatifs en obstétrique est celui de disproportion foeto-pelvienne, terme basé sur la théorie des Trois P : le bébé est trop gros pour passer le bassin de la mère. Le taux de disproportion foeto-pelvienne varie en revanche énormément d’un pays à l’autre, d’un hôpital à l’autre. S’il était réellement basé sur une loi physique, les taux devraient être sensiblement les mêmes partout ! Il est arrivé très souvent aux sages-femmes de The Farm d’accompagner sans aucun problème des accouchements par voie basse, de façon naturelle, chez des femmes ayant reçu des diagnostics de disproportion foeto-pelvienne.

Le problème de la Loi des Trois P est qu’elle fait fi de toutes les données probantes qui prouvent l’importance de l’affectif, du psychologique, du spirituel et de l’émotionnel durant un accouchement. La femme n’est considérée que comme un corps déficient, incapable d’accoucher sans une importante intervention technologique. Alors qu’en réalité, presque chacune pourrait accoucher sans intervention, simplement si on leur permettait d’obtenir les conditions et le soutien adéquats !

Accouchement : la loi des sphincters

Les bases de la Loi des Sphincters :

  • Les sphincters cervical (col de l’utérus), vaginal et excrétoire (vessie et rectum) fonctionnent mieux dans une atmosphère intime et de pudeur
  • Les sphincters ne peuvent pas s’ouvrir par la seule volonté et n’obéissent pas aux ordres (« Poussez ! Poussez ! »)
  • Un sphincter en train de s’ouvrir peut se refermer brusquement en cas de contrariété, de peur, de gêne… (la production d’adrénaline entravant l’ouverture des sphincters)
  • L’état de relaxation de la bouche et de la gorge est directement lié à la capacité des sphincters à se détendre et s’ouvrir…
Accouchement : la loi des sphincters

Les sphincters ne fonctionnent pas sur ordre

Nombreuses sont celles qui réussissent à mettre leur bébé au monde alors qu’on leur crie dessus ce qu’elles doivent faire. Il est toutefois probable qu’elles y arrivent malgré cette distraction plutôt que grâce à elle ! Il n’est pas de besoin plus impérieux que celui induit par les contractions utérines qui poussent le bébé vers la sortie dans les voies maternelles, une fois le col de l’utérus arrivé à dilatation complète (c’est le réflexe d’éjection du fœtus décrit par Michel Odent).

Ceux qui n’ont jamais ressenti quel effet ça fait d’enfanter pendant que quelqu’un leur crie dessus peuvent se faire une idée de la gêne occasionnée en s’imaginant en train de déféquer pendant qu’un inconnu planté à moins d’un mètre leur crie comment s’y prendre !

Accouchement : la loi des sphincters

Pour s’ouvrir, les sphincters ont besoin d’intimité

Lisa Goldstein, sage-femme en Caroline du Nord, inclut dans ses cours de préparation à la naissance pour les couples une manière humoristique de faire comprendre aux pères comment l’inhibition peut entraver l’ouverture des sphincters. Elle commence par sortir un billet de 50$. Ensuite, elle place une cuvette en inox par terre au milieu des 10 à 15 couples quoi sont autour d’elle. Puis elle offre le billet à celui ou celle qui pourra s’avancer et uriner dans la cuvette devant tout le monde. Bien qu’elle fasse cette démonstration depuis des années, personne n’a encore gagné les 50$ ! Et oui, les sphincters ont besoin d’intimité et de pudeur pour pouvoir s’ouvrir !

Accouchement : la loi des sphincters

Les sphincters peuvent se refermer sous le coup d’une émotion négative

J’en ai déjà parlé auparavant. Je me contenterai donc de reprendre un exemple donné par Ina May Gaskin dans « Le guide de la naissance naturelle » :

 

« J’accompagnais l’accouchement d’une primipare qui avait de la fièvre. Il apparut que celle-ci était causée par une infection de la vessie. Bein qu’elle soit arrivée à 7 cm de dilatation, l’ouverture du col ne progressait plus. J’ai donc décidé qu’il valait mieux la transporter à l’hôpital. Elle y fut prise en charge par un obstétricien à l’air renfrogné et aux manières hostiles. Sans lui en demander son assentiment ni l’inviter à se détendre, il l’examina de manière si brutale qu’elle poussa un cri de douleur – réaction qu’elle n’avait jamais eue lors des touchers vaginaux que je lui avais fait auparavant. Il marmonna que son col n’était qu’à 4 cm de dilatation, avant de quitter la pièce. Pendant son absence, j’ai procédé à un toucher vaginale pour vérifier, et effectivement, le col s’était refermé à 4 cm. J’étais certaine que c’était le toucher vaginal brutal qu’elle venait de subir qui avait refermé son col à ce point. Après cela, son travail n’a jamais repris un cours normal, si bien que son enfant est né par césarienne. Pour le néocortex de cette femme, cet homme était peut-être obstétricien, mais pour son col de l’utérus et son cerveau primitif, il n’était qu’un prédateur ! »

Le rire facilite l’ouverture des sphincters

Qui n’a jamais ri au point de faire pipi dans sa culotte ?

Bien entendu, il peut être difficile de croire que le simple fait de rire pendant le travail aide à éliminer la douleur et aider le col de l’utérus à s’ouvrir, mais seules celles qui ont essayé peuvent en faire part ! Votre mari a de l’humour ? Ca va être le moment pour lui de donner le meilleur de lui-même !

Accouchement : la loi des sphincters

Une respiration lente et profonde facilite l’ouverture des sphincters

Non seulement une respiration abdominale (remplir la bouteille pour ceux à qui ça parle : le bas du ventre d’abord, puis on monte progressivement vers le haut des poumons) a un effet relaxant sur le cœur, le système nerveux et le mental, mais elle favorise aussi une plus grande ouverture des poumons. Du coup, ils peuvent contenir une plus grande quantité d’oxygène. Cela peut contribuer à relaxer profondément, et même assez pour trouver le sommeil et se reposer entre deux contractions. Qui plus est, cette respiration exerce un massage doux sur les organes abdominaux, elle stimule le péristaltisme intestinal ainsi que la circulation sanguine dans les organes abdominaux, ce qui les aide à mieux fonctionner, et surtout à ne pas tétaniser, ce qui serait source sûre de douleur !

Accouchement : la loi des sphincters

La corrélation entre la bouche, la gorge, et le col de l’utérus

Les femmes dont la bouche et la gorge sont détendues et ouvertes pendant le travail présentent une meilleure progression du travail. Les douleurs sont moins présentes, ou pas du tout ! Lorsqu’elles gardent cette attitude pendant l’expulsion, elles n’ont pratiquement jamais besoin d’être recousues à cause d’une déchirure du périnée (sauf si elles poussent trop rapidement bébé dehors).

Plusieurs techniques pour garder bouche et gorge détendus :

  • Chanter ! Quand on chante, la capacité d’ouverture des sphincters corporels est meilleure. Les sons les plus à même de faciliter l’ouverture sont ceux qui viennent du plus profond du corps, qui font vibrer toute la cage thoracique. En général, lorsqu’on se laisse aller, on trouve de soi-même les sons qui nous aident.
  • Utiliser la technique des « framboises », chère à Ina May Gaskin : on relâche complètement les lèvres et on souffle un bon volume d’air avec une certaine pression pour les faire doucement vibrer, comme pour imiter le bruit que fait le cheval en s’ébrouant. Et si cela vous fait rire, vous aurez gagné deux fois !
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents