Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Les protocoles hospitaliers (9/16) : Analgésie péridurale

Catégories : #Accouchement, #Naissance libre, #Parentalité

  • Raison :
    soulager la douleur
Les protocoles hospitaliers (9/16) : Analgésie péridurale
  • Physiologiquement parlant :
    • La péridurale abaisse la tension artérielle maternelle, ce qui peut provoquer une détresse fœtale et nécessiter une césarienne d’urgence
    • La péridurale peut causer une fièvre du nourrisson qui se solde souvent par des examens douloureux et une séparation d’avec la mère
      (Lieberman, Ellice et al., « Epidural analgesia, intrapartum fiever, and neonatal sepsis evaluation », 1997)
    • La péridurale ralentit les contractions, induisant l’injection d’ocytocine de synthèse, qui va elle-même entraîner des contractions trop fortes pour que le bébé les supporte sans mal, entraînant souvent une césarienne… Simple exemple des interventions en cascade des hôpitaux !
    • La mère ne sent pas comment elle doit aider son bébé à sortir. Etant de plus dans une position allongée anti-physiologique, les médecins sont souvent amenés à effectuer une extraction instrumentale pour aider le bébé à sortir (ventouse, forceps)
    • Passivité de la mère et du bébé après la naissance, perturbant gravement l’attachement
    • La péridurale engourdit les récepteurs d’étirement du vagin, qui normalement réagissent à la pression de la tête du bébé, empêchant la production du pic d’ocytocine juste avant la naissance (si important dans l’attachement mère-bébé : les brebis accouchant sous péridurale délaissent leurs petits et les laissent mourir sans soins)
    • Difficultés respiratoires et de succion pour le bébé, pouvant compromettre ou entraver la bonne marche de l’allaitement
    • Maux de tête et douleurs dans la nuque pouvant durer plusieurs semaines après l’accouchement
    • Risque de :
      • Développement musculaire, visuel et neurologique du bébé amoindri
      • Dommages cérébraux permanents et déficit mental pour le bébé
      • Mort du bébé
      • Des études ont montré que les enfants qui ont été soumis à des anesthésiants durant la naissance présentent un taux plus élevé de dépendance vis-à-vis des drogues à l’âge adulte. Cela tient bien entendu au facteur physique, mais aussi au facteur psychologique : on lui apprend dès son premier jour que le meilleur moyen de résoudre ses problèmes est d’apaiser ses souffrances de façon artificielle… Ainsi, l’étude du Dr Jacobson et ses collègues de l’Institut Karolinska en Suède a montré que le phénomène de l’empreinte à la naissance, observée chez les oisillons par exemple, est aussi valable dans le cas des petits humains. Jacobson pense que le premier contact qu’ont les bébés nés à l’hôpital est avec les médicaments, les machines, les instruments, et le personnel médical.

Doris Haire (docteur en sciences médicales, ancienne présidente de l'International Childbirth Education Association) estime que les cas de mutilation cérébrale et d'incapacité d'apprentissage chez les enfants sont en grande partie dus à l'usage de produits obstétricaux administrés aux femmes pendant le travail : "Des recherches récentes mettent en évidence le fait que les traitements employés en obstétrique jouent un rôle dans l'incidence ahurissante des déficiences neurologiques."

Les protocoles hospitaliers (9/16) : Analgésie péridurale
  • A la maison :
    L'intimité et la présence de personnes chaleureuses et bienveillantes permettent à la femme en travail de ne pas ressentir de douleur si elle s'en laisse le droit...
    Et si la douleur arrive, on pourra bouger, vocaliser, et surtout être inondé d’hormones bienveillantes, inhibitrices de la douleur !
Commenter cet article

isabelle 23/02/2014 17:27

Bonjour !
tes articles sur les protocles sont vraiment bien, je trouve cela vraiment chouette de prendre tout ce temps pour informer les futures mamans. Moi que des accouchement à la maison je n'ai jms pensé faire autrement mais je me rends compte que cette démarche n'est pas simple pour tout le monde. Encore bravo à toi pour tout ce travail. à bientôt

Petite Fée Coquelicot 23/02/2014 17:36

Un grands merci pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur... surtout quand préparer de tels articles me demande effectivement pas mal de temps !
Quant à moi, j'ai vécu un premier accouchement à l'hôpital, tout simplement parce que je ne savais même pas que l'on pouvait faire autrement, puis un second à l'hôpital, n'ayant pu trouver de sage-femme, avant de vivre enfin (après déménagement) un AAD serein et réussi, puis un ANA encore meilleur ;-)
Comme dans beaucoup de sujets, je m'aperçois que ce qui manque aux personnes, ce n'est pas la bonne volonté ou l'envie de bien faire, c'est tout simplement le manque d'information...

Julie 19/02/2014 21:52

bien vrai ! enfin pour moi ça a marché sans péridurale à l’hôpital , j'ai même réussi à résister 2 fois à l'injection d'ocitoxine pour déclencher/accelérer le travail (car plus de 12h après perte des eaux, mais j'ai eu un tampon quand même les 3 fois !) tellement l'idée de ne pas résister aux contractions artificielles sans péridurale et droguer mon bébé inocent m' insupportait (j'en pleurais nerveusement donc les SF temporisaient et finalement ça se déclenchait seul !)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents