Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon livre...

Petite Fée Coquelicot

...soyons le changement que nous voulons pour ce monde...


Les protocoles hospitaliers (11/16) : l'épisiotomie

Catégories : #Accouchement, #Naissance libre, #Parentalité

  • Raison :
    une épisiotomie est une incision du périnée qui a pour but d’augmenter l’ouverture du vagin.
    Elle est pratiquée soi-disant pour réduire le risque de déchirure et pour faciliter le passage du bébé.
Les protocoles hospitaliers (11/16) : l'épisiotomie
  • Physiologiquement parlant :
    • L’OMS parle de dérive culturelle quand le taux d’épisiotomie atteint les 20%... En France, ce taux dépasse les 60% !
    • L’abandon de la pratique de l’épisiotomie prophylactique conduit « naturellement » (positions d’accouchement horizontal, poussée dirigée, injection de Syntocinon…) à une augmentation des déchirures du premier et du deuxième degré. Certains en concluent que l’épisiotomie préserve le périnée des risques de déchirures. C’est oublier qu’une épisiotomie équivaut au minimum à une déchirure du deuxième degré, et qu’elle augmente les risques de déchirures du troisième et quatrième degré ! Plus grande qu’une déchirure spontanée, elle nécessite toujours une suture (contrairement aux déchirures), elle entraîne des saignements beaucoup plus importants et cicatrise moins bien tout en étant plus douloureuse. Où se situe le bénéfice pour la future maman ?
      Les femmes ayant subi une épisiotomie médiane ont 50 fois plus de risque de déchirure grave, et les femmes qui ont subi une épisiotomie médio-latérale sont 8 fois plus susceptibles d’endurer une déchirure sévère du périnée que celles auxquelles on a épargné un tel geste : la peau, lorsqu’elle est coupée, se déchire plus facilement qu’elle ne le ferait si elle était intacte.
      La pratique de l’épisiotomie dans un accouchement par forceps double encore le risque de déchirures graves.
      Seulement 2% des femmes ne subissant pas d’épisiotomie présentent des déchirures du troisième et quatrième degré…
    • Les déchirures guérissent plus vite, et les suites en sont moins douloureuses que les épisiotomies.
Les protocoles hospitaliers (11/16) : l'épisiotomie
  • A la maison :
    • Appliquer des compresses chaudes sur le périnée l’aide à se détendre et à s’étirer.
    • Les massages de la peau à l’huile s’avèrent eux aussi très efficaces (voir l’huile de massage pour périnée de Weleda, complexe d’huile et de plantes)
    • En cas de déchirure, il ne sera souvent pas nécessaire de faire une suture : les déchirures cicatrisent très bien d’elles-mêmes en quelques jours, si on reste allongée. Pour soulager les éventuelles brûlures au moment d’uriner (l’urine étant naturellement acide), on peut verser un peu d’eau tiède sur le périnée au moment d’uriner. Eviter aussi de sécher au sèche-cheveux comme on l’entend parfois : il y a tout de même des risques de brûlure, et c’est une zone naturellement humide.
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents